Adieu au langage

Adieu au langage 1

Nous avons vu le tout dernier film de Godard au Palais des Festivals de Cannes le 21 mai. Et comme à chaque fois chez Godard, la surprise est au rendez-vous.

Avant tout, le film est en 3D, Godard se fait bouder de Cannes, les acteurs sont inconnus et nous avons à faire à un film pour le moins déconcertant.

Comment parler de l'intrigue et du synopsis sans en dénaturer la valeur première ? Voilà une tâche bien difficile. Disons que nous suivons les pérégrinations sentimentales d'un couple qui se rejette comme il s'aime. Cette "histoire" est mêlée avec l'errance d'un chien qui va croiser leur route puis la partager.

Adieu au langage 2

Mais ce que nous retenons particulièrement, c'est avant tout les petites et précieuses trouvailles d'un homme de 83 ans, comme un écran qui se scinde en deux puis s'entrelace étrangement, des angles surprenants ou encore des répliques et scènes pour le moins cocasses mais délicieuses à voir !  

On note par exemple les passages risibles d'un homme qui défèque devant sa compagne impassible ou cette dernière qui lâche des vents sans gène. Godard met à nu (dans tous les sens du terme) des personnages paradoxaux qui ne sont finalement que notre pur reflet, c'est-à-dire grossier et vil. Quelques répliques sont intrinsèquement humaines et propres aux absurdités de l'Homme qui se contredit sans cesse. Les chiens seraient par exemple les seuls animaux au monde à se soucier des autres plus que d'eux-mêmes ou encore les enfants peuvent facilement être substitués à des chiens.

Adieu au langage 3

Des propos que l'on qualifierait aisément de "propos chocs" ou provocateurs. Mais c'est bien cela qui rend le film de Godard plaisant. On pourrait s'accorder à dire que ce film est essentiellement centré sur la perte d'un langage qui se désintègre et se désagrège (d'où le titre du film lui-même). Il y a bien sûr un jeu habile sur la polysémie des mots comme avec le titre du film (Adieu au langage qu'il associe à un "À Dieu").

Bien loin d'avoir toutes les clefs pour décoder un tel film qui a reçu le prix du jury à Cannes, il nous reste un ultime conseil avant de voir un tel ovni ; laissez vous porter par la poésie virulente d'un artiste aux oeuvres aussi énigmatiques que jouissives.

À voir sans préjugés et idées arrêtées en amont. 

Adieu au langage 4

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.