De rouille et d'os

de-rouille-et-d-os.jpg

 

Jacques Audiard signe un film émouvant et très touchant avec De rouille et d’os. Il s’agit de deux destins à la dérive qui se croisent hasardeusement mais qui ne vont, par la suite, plus se quitter. Le partage de leurs maux, de leurs blessures s’avère être la base structurelle de leur relation.

Le duo Marion Cotillard et Matthias Schoenaerts fonctionne merveilleusement bien. La révélation se situe surtout dans la performance de Matthias Schoenaerts qui propose une interprétation juste, humble et simple. Marion Cotillard nous démontre une fois encore, qu’elle est une actrice capable de jouer dans des tonalités cinématographiques très diversifiées. Une parfaite et puissante alchimie émane de ces deux talents et les voir à l’écran s’avère être un vrai plaisir et un bon moment de cinéma.

Néanmoins, nous avons quelques réserves à l’égard de la visée morale du film. Nous avons eu l’impression qu’au final, les « paumés » se trouvent et s’assemblent, les écorchés de la vie s’attirent inévitablement et ne se quittent plus. Cette simplicité nous a donc très dérangé. Audiard ne semble pas assumer pleinement le drame d’un enfant prisonnier de la glace ou d’un combat à mains nues.

Il n’en demeure pas moins, que De rouille et d’os reste un film qui interpelle, incite aux cogitations de l’esprit et stimule le spectre de nos émotions. Audiard met en scène une tranche de vie réaliste, fragile mais avant tout profondément humaine.

 

cotillard.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.