Eyes wide shut

 

eyes-wide-shut-1.png

 

Un film très stylisé comprenant des scènes d'un grand esthétisme. Une belle prouesse cinématographique du Maestro Kubrick.

Durant tout le film, les tensions, les tentations et les frustrations sont palpables. C'est le genre de réalisation que l'on doit revoir à différentes périodes de sa vie pour mieux en saisir la quintessence, la complexité de ces relations toutes emmêlées, relations purement humaines.

Nous déambulons dans les rues froides et pluvieuses new-yorkaises, la frousse au ventre, le regard attentif à la moindre palpitation de la ville. Le duo Kidman/Cruise est tout à fait poignant, juste, profond. Ce couple à la dérive tiraillé entre les fantasmes d'adultère d'Alice et les découvertes nocturnes de Bill chancelle en permanence entre rupture et union désespérée.

Eyes wide shut c'est également une overdose sexuelle, des scènes érotiques violement filmées, les fantasmes mis à nus, une gamine qui fait de son corps son propre commerce, ou plutôt celui de son père, des prostituées remplies de cocaïne ou aux corps sculptés, filiformes qui ne sont rien d'autres que de simples objets sexuels.

Une des scènes les plus esthétisée est sans doute celle de l'orgie sexuelle, du moins les rituels d'une secte aux incantations quasi divines. L'accompagnement musical et les paroles graves de cette entité vêtue entièrement de rouge, cette ronde de figures féminines fantasmagoriques et cette foule masquée d'hommes voyeurs sont autant d'éléments qui rendent ce passage totalement surnaturel.

Nous vous recommandons ce film aux scènes quasi picturales et artistiques.  

 

eyes-wide-shut-2.jpg

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×