La chambre bleue

La chambre bleue 1

Film réalisé par Mathieu Amalric et sélectionné dans la section "Un certain regard" de Cannes 2014. Nous avons vu ce film lors de sa sortie nationale et c'est avec une grande surprise que nous avons découvert un Mathieu Amalric acteur/réalisateur tout à fait au rendez-vous et remplissant avec brio ses deux fonctions.

Ce film adapté du roman de Georges Simenon puise sa force première dans la mise en scène et un choix des cadrages vraiment surprenant. Si l'on peut contester l'emphase avec laquelle certains nouveaux réalisateurs cadrent et innovent dans le sens péjoratif du terme c'est-à-dire en cherchant des prises de vue toujours plus insensées et spectaculaires, il n'en est rien pour ce film là.

La chambre bleue 3

Le cadre est fuyant, perturbant, fixe et le format peu conventionnel (1:33 comme celui des films muets). La mise en scène est dénuée d'artifices et d'effets extraordinaires ou farfelus. C'est un film simple qui offre pourtant toute sa grâce dans le cadrage et le jeu des acteurs. L'ambiance non pas lente mais énigmatique conforte le poids grandissant du mensonge. De plus cette chambre bleue s'inscrit dans un espace temps hors du temps, hors de toute emprise et des dégâts d'une temporalité immuable.

Soulignons également le jeu toujours plus profond d'un Amalric qui nous fascine encore. Son visage met perpétuellement en valeur deux émotions antagonistes ; l'amour comme l'angoisse ou la douceur comme la violence. En tant que réalisateur, il parvient aussi à faire sa place. Sa mise en scène est modeste, ses plans servent le film et son maniement des codes du film noir est brillant.

La chambre bleue 5

Avec La Chambre bleue on pénètre dans un duo passionnel qui effraie comme il fascine. Les extrêmes, une fois qu'on les atteint finissent toujours par fasciner et par effrayer et Mathieu Amalric parvient à rendre cette relation sentimentalement forte mais également profondément terrifiante. Certains plans révèlent cette dualité avec des plans d'une grande beauté comme lorsque les deux amants s'étreignent nus sur le balcon derrière une pluie battante et lorsque Esther (Stéphanie Cléau) mord jusqu'au sang son partenaire. Les plans aux émotions contraires sont à l'image du film ; entre beauté et douleur, vérité et mensonge.  

Nous vous conseillons vivement ce polar passionnel qui met en scène les affres sentimentales d'un couple diabolique. Une mise en lumière d'un couple fictif comme réel qui donne le jour à un film puissant et bouleversant. 

La chambre bleue 7

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.