Terraferma

Emanuele Crialese signe avec Terraferma, un film engagé qui met en avant la situation exécrable des clandestins africains. Crialese filme ces individus qui s’échouent sur le rocher sicilien, avec un goût esthétique toujours très soigné.

terraferma-1.jpg

Terraferma, c’est donc avant tout, le fléau de l’immigration clandestine qui est mis au centre de la narration. Filippo, sa mère et son grand-père vont être les témoins de cette triste situation et ils vont réagir différemment à l’arrivée d’une immigrée clandestine et de ses deux enfants chez eux.

terraferma-2.jpg

Emanuele Crialese ne tranche pas. Il ne donne pas de solution (et qui le pourrait d’ailleurs ?) mais pose des problématiques essentielles, éthiques et morales. Sur ce point-là, nous n’adhérons pas totalement à la vision de Crialese. En résumé, il dépeint deux générations, celles des anciens et celles des jeunes, elles ne se comprennent pas puisque l’une obéit aux lois de la mer et l’autre, à des considérations égoïstes. Cela nous a beaucoup dérangé. La perception de Crialese est trop manichéenne et trop tranchée, elle aurait dû être plus nuancée. De plus, son discours est parfois trop culpabilisant. Le contraste entre le monde dans lequel nous vivons, c’est-à-dire celui des touristes occidentaux, aisés et égocentriques et celui de la misère des clandestins, est trop évident.

Le parallèle entre la richesse des blancs et l’extrême pauvreté des noirs perd de son efficacité à cause des considérations peu approfondies du réalisateur italien. En effet, une scène montre les touristes blancs faire la fête sur un bateau et se jeter à l’eau pour se rafraîchir. On arrive aisément à faire l’analogie avec les embarcations clandestines qui affluent vers Lampedusa et les immigrés qui, une fois tombés à la mer, ne pourront plus remonter dans ces bateaux de fortune, à la différence des touristes…

Néanmoins, Crialese reste un réalisateur qui sait transmettre une grande sensibilité car, il réussit à remettre au cœur du débat, ce problème d’immigration d’une façon singulière et à l’aide de plans toujours finement réalisés. La beauté des plans est saisissante, les couleurs et l’atmosphère brûlante de la Sicile de Crialese parviennent à atténuer les points négatifs relevés plus haut.

terraferma-3.jpg

terraferma-4.jpg

Un très grand film politique pour certains, une narration trop partielle pour d’autres…

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.