L'amour est un crime parfait

L

Thriller haletant des Frères Larrieu qui nous plonge dans les cimes enneigées et les routes tortueuses d'une montagne perdue. Tout semble hors du temps, hors de saison et hors de la raison. Dès les premières minutes, la caméra est subjective et suit ce chemin qui serpente comme si d'entrée de jeu, nous étions dans la perception de Marc. C'est la route qui revient en Leitmotiv tout le long du film et qui est la voie vers l'antre du professeur de lettres.

Les codes du thriller sont parfaitement maniés ; un lieu glacial où la nuit tombe vite, un professeur enchainant les conquêtes choisies parmi ses étudiantes et une disparition énigmatique, inexplicable. Caméra de nouveau subjective étant donné que nous évoluons au rythme de Marc. Mais la force de ce film se trouve incontestablement dans les décors. Evoquons, le bahut où enseigne Marc avec ses volumes épurés et ses lignes insolites. Les plafonds sont parfois bas, les rideaux immenses et paraissent étouffer le personnage principal et surtout l'intrigue.

L

La tension est aussi entretenue par une soeur omniprésente (Karin Viard excellente) qui entretient un duo en permanent équilibre avec son frère. L'antre de Marc, qui est aussi celle de sa soeur est un petit chalet cosy perché en pleine montagne mais il est également terriblement angoissant. C'est le cocon d'un duo à l'attirance et aux pratiques malsaines qui entretient les pulsions destructrices de Marc.

Marc égratigne un brin le couple formé avec sa soeur Marianne en ayant une relation passionnelle et fusionnelle avec Anna, la belle-mère de l'étudiante disparue avec laquelle Marc a eu une aventure d'un soir. Maïwenn a un jeu très juste, sobre et écorché qui inspire une confiance aveugle...

L

L'apparition de l'étudiante excessive et quasi nymphomane, Annie (jouée par Sara Forestier) est l'élément perturbateur qui fait avancer l'intrigue d'un pas immense. En un coup de fil, le thriller bascule et voilà enfin un film noir où l'on est surpris du dénouement qui n'est pas "téléphoné"  et joué d'avance ! Comme Marc, nous ne l'avions pas vu venir car les signes étaient trop implicites et finement dispersés tels des flocons de neige qui s'amoncèlent pour être au final parfaitement visibles.

En bref, un thriller parfaitement mené par le duo Larrieu avec des ambiances hivernales familières et donc profondément inquiétantes, des acteurs très justes, une musique en parfaite osmose et en adéquation avec l'action, un Mathieu Amalric sensationnel et une ultime phrase couchée sur un papier, explosive...

A voir absolument.       

L

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×