L'évadé d'Alcatraz

L

Film à suspense haletant de Don Siegel avec un Clint Eastwood imperturbable et magnétique, une musique  oppressante, un décor plus vrai que nature, des couleurs tamisées et un objectif quasi impossible à atteindre : s'évader d'Alcatraz.

Au niveau filmique, nous avons trouvé que certains plans n'étaient pas vraiment justifiés comme ceux du début où la caméra se balade entre les jambes des prisonniers et suit le nouvel arrivant. Mais s'il y a eu quelques gênes éventuelles dans les choix filmiques, ceux-ci ne résument certainement pas le film. Il y a bien d'autres plans ingénieux et intéressants comme les plans larges fixes sur le long couloir carcéral ou encore les plans serrés sur des visages qui espèrent.

L 2

Tout le long du film, Siegel parvient à fabriquer une atmosphère palpitante amplifiée par une musique angoissante. C'est un film noir, un huis clos en pleine mer comme on les aime où chaque issue est condamnée d'avance. La force du film réside dans le fait que nous y croyons vraiment à cette évasion. Parfois, il y a un décalage avec la restitution filmique et narrative d'évènements extraordinaires, mais chez Siegel, on est imprégné de l'ambiance, de l'histoire et de l'objectif à atteindre. En bref, on est emballé !

Evoquons également la prestation d'un Clint Eastwood figé par l'ambition et un autocontrôle inébranlable. Il porte véritablement le film du moins par son intensité et son expression. Il est naturel de soulever qu'Eastwood c'est surtout un physique, une carrure et une grandeur (tant corporelle que cinématographique).

Nous vous recommandons grandement ce polar qui se caractérise par une minimisation des effets pour un déploiement incroyable de l'action, de l'intrigue et de l'espoir...

L          

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.