L'impasse

photo-l-impasse-carlito-s-way-1993-4.jpg

 

Le duo Brian De Palma-Al Pacino s’est remis en marche avec ce film. Il fonctionne toujours aussi bien, après Scarface… Brian De Palma reste, il faut bien l’admettre, le maestro de l’intrigue et du suspens. La manière dont il ménage une tension scénique est simplement remarquable. Les mouvements de la caméra favorisent l’évolution gestuelle de son protégé, Al Pacino, qu’il adore filmer par dessus tout. Nous sommes tellement d’accord avec cette idée. Pacino dégage une dynamique corporelle incroyable. De Palma a compris cela et sa manière de filmer célèbre et magnifie le jeu d’acteur d’Al Pacino.

L’histoire de L’impasse, c’est avant tout, le destin de deux hommes, principalement, qui deviennent des inconnus et des menaces pour leur quartier. Sean Penn qui joue l’avocat et l’ami fidèle de Pacino, participe à la mort indirecte de celui qu’il a toujours apprécié, Pacino. Il est donc intéressant de voir, qu’avec Brian De Palma, un homme est inexorablement rattrapé par son passé, il ne peut pas changer. C’est une thématique que l’on retrouve aussi dans le cinéma de Cronenberg, surtout dans le film A history of violence, puisqu’il est également question d’un homme qui ménage tous ses efforts pour changer de vie, il nie son passé de criminel et de hors-la-loi mais in fine, il est systématiquement rattrapé par son comportement et ses actes passés. Une autre thématique chère à De Palma est ensuite, à mettre en lumière. De Palma est fasciné par ces hommes qui sont capables de n’avoir plus aucun lien affectif en un temps réduit, ces hommes qui sont capables de tout lâcher, de tout abandonner en une fraction de secondes. Ce thème est assez récurrent dans le film Heat de Michael Mann. Nous le retrouvons ici.

Dans ce film, il est aussi question des codes d’honneur et de fidélité entre ces bandits portoricains. Al Pacino est porté par ces idéaux et ne voit pas qu’autour de lui, le monde du crime a changé. Même ses amis les plus précieux autrefois, vont le trahir. D’abord, Lalin, un ex-gangster devenu handicapé après s’être reçu plusieurs balles dans le dos, qui est interprété par l’excellent Viggo Mortensen, sera la première trahison qui va ainsi permettre la déconstruction progressive de l’ancien réseau solide et fidèle du grand Carlito Brigante. Puis, lorsque Kleinfeld, joué par Sean Penn, se détourne de Brigante, cela marque un point d’arrêt à l’activité criminelle de ce-dernier.

Le monde et le réseau qu’avait construit Brigante durant de nombreuses années, sont balayés et son rêve d’avenir avec sa bien-aimée, Gail, s’estompe de plus en plus. La fin du film, avec la course poursuite dans le Grand Central Terminal, est dramatique, inexorable et le romantisme recherché par Brian De Palma entre Brigante et Gail, atteint l’effet escompté.

Un grand moment de cinéma et un très grand film, indispensable dans votre bibliothèque de cinéphiles.

 

limpasse2.jpg

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×