La vita è bella

Roberto Benigni compose une fable historique miraculeuse. Pour ne rien vous cacher, La vita è bella, fait partie des films que nous regardons inlassablement. Contrairement à beaucoup de films actuels, sa qualité n’est pas épuisée à chacun des visionnages. Cette première constatation, place Benigni et son œuvre, du côté des grandes réalisations cinématographiques.

la-vie-est-belle-1.jpg

Si certains se demandent encore, comment évoquer un sujet douloureux, voire horrible pour l’entendement humain, ils trouveront la réponse avec Signore Benigni. À aucun moment, le film bascule dans le pathos ou le ridicule. C’est même avec un grand respect de l’Histoire qu’il a été conçu.

la-vie-est-belle-3.jpg

Guido, Dora et leur fils Giosué sont tous les trois confrontés au nazisme et c’est leur existence dans les camps, qui nous est contée. Sauf que Benigni n’a pas prit le parti de raconter cette histoire dans une tonalité tragique ou dramatique. L’humour, la légèreté et le jeu constituent les piliers narratifs de ce film. Guido s’efforce de préserver son fils Giosué de l’atrocité des camps et invente un jeu pour lui, dont le premier prix serait un véritable char d’assaut. Son fils n’est jamais confronté à la mort, son père tourne tout en ridicule. Ce n’est qu’une fois que Giosué est endormi ou resté dans les dortoirs des juifs, que Benigni montre clairement et sans emprunter de détour, la mort et l’épouvantable entreprise nazie.

la-vie-est-belle-2.jpg

La musique de Nicola Piovani épouse la mise en scène et appuie la force des images. Pour le coup, il n’y a aucune fausse note, tout est en harmonie et permet le récit de cette fable originale.

L’exubérance et l’excentricité de Roberto Benigni sont tout à fait naturelles et c’est pourquoi, son jeu n’est pas faux ou exagéré. C’est sa nature, il suffit de se rappeler son comportement lors du Festival de Cannes, quand Martin Scorsese lui remet le Grand Prix…

scorsese-et-benigni.jpg

La vita è bella compte parmi les films les plus marquants et indispensables du 20ème siècle, au moment où les témoignages sur l’horreur nazie prolifèrent. Du très grand cinéma, comme souvent lorsque la sensibilité et l’esthétique italiennes sont réunies.

la-vie-est-belle-4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

la-vie-est-belle-5.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.