Le vent se lève

le-vent-se-leve-1.jpg

Palme d'or à Cannes en 2006, ce film de Ken Loach dépeint la guerre d'indépendance irlandaise et la guerre civile qui lui succéda. Premier plan sur un terrain de hockey où l'entraineur scande le match avec des mots tels que l'esprit d'équipe, la solidarité ou encore l'entraide mutuelle. Damien, jeune irlandais intellectuel s'apprête à partir pour l'Angleterre dans le but d'intégrer un prestigieux hôpital pour enseigner la médecine.

Puis c'est le revirement de situation. Les terres irlandaises sont peu à peu gangrenées par la présence brutale et mortelle des soldats anglais. Ils dévastent tout sur leur chemin et n'hésitent en rien lorsqu'il s'agit de traiter avec la mort. Les justiciers du diable aux convictions étroites. Face à eux, un peuple irlandais meurtri prêt à réagir armes aux poings.

le-vent-se-leve-2.jpg

La force de ce film est d'illustrer toutes les violences infligées au peuple irlandais sans jamais tomber dans le pathétique, le grotesque ou le déjà-vu. Ce qui est également poignant c'est de voir à quel point le patriotisme est bien plus fort que les liens amicaux ou pire, les liens du sang. Damien exécute non sans regret, des hommes de son peuple, des traitres irlandais, des amis de longue date dont il connaissait toute la famille...

Dans une société moderne où l'honneur, l'estime de soi et des autres ainsi que le sens du combat pour de vraies valeurs se perdent, il est bouleversant de voir des jeunes irlandais amoureux de leur patrie, se battre pour elle dans un soucis constant de ne jamais la trahir et de jamais trahir ses camarades, ses frères. Sans vouloir faire l'éloge d'une guerre d'indépendance qui reste en elle-même une guerre féroce apportant dans son sillage ; famine, morts, tortures et destructions des villages, ceux qui se sont battus avec pour armes initiales des battes de hockey et ont formé une armée bâtarde face à un corps militaire puissant, ceux-là méritent de recevoir des éloges.

le-vent-se-leve-3.jpg

Le vent se lève, c'est aussi l'histoire de deux frères Damien et Teddy qui combattent pour que l'Irlande se voit un jour indépendante mais qui se déchirent dans la guerre civile. Jusqu'au dernier moment, nous nous attendons à un changement de situation, cela ne paraît pas possible, ni juste, ni logique. Mais peut-il y avoir de logique dans une guerre intestine ? Cet acte final dépasse l'acceptable et c'est encore dans un dénuement de pathétique que Ken Loach filme cette scène avec une épuration musicale, une expressivité  modérée des personnages et des images fixes, lentes. Tout ceci renforce finalement l'impact de cette scène finale.

Un film que nous vous conseillons pour son réalisme, ses références historiques, ses plans d'une Irlande mélancolique et meurtrie et les musiques larmoyantes d'un peuple révolté.

le-vent-se-leve-4.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×