Mommy

Mommy 1

Avant d'aller voir ce film, nos préjugés étaient nombreux. Dolan est un faux prétentieux et cela irrite, Dolan, génie d'une vingtaine d'années, cela irrite, Dolan ex-aequo avec Godard au Festival de Cannes, cela irrite ou encore Dolan convoiteur narcissique de la Palme d'Or et déçu du simple Prix du Jury, cela irrite vraiment beaucoup.

Mais Mommy fait parti de ces films qui une fois visionnés, changent votre vie, bouleversent vos plus profondes convictions et vous laissent hagards, choqués par une telle profusion de beauté. En 2h14 de film, le spectateur passe par les sentiments les plus extrêmes. Du rire aux larmes n'est pas la bonne expression mais passer de la profonde dérision voir au fou rire nerveux à un intense chaos émotionnel est plus adapté.

Mommy 2

Steve Després (Antoine-Olivier Pilon) est tout simplement fascinant. Un acteur de 17 ans capable d'une telle prouesse résulte du génie. Il flirte sans cesse avec cette limite que le spectateur craint de le voir dépasser. Steve électrise par son regard fermé comme par ses mouvements lancinants et langoureux sur du Céline Dion. Il attire comme il terrifie mais à l'image d'un Brando ou d'un James Dean il devient cette entité asexuelle qui magnétise tant les hommes que les femmes et ceci est sans doute encore plus fort.

Diane alias "Die" Després (Anne Dorval) est l'image parfaite de la mère quarantenaire blasée par la vie et ses atrocités. Figure typique d'une femme vivant seule et dont le "gars" est placé en institut car trop violent. Mais la magie Dolan c'est de s'approcher des clichés et de sans cesse les envoyer valser. Au moment où Diane voit la vie qu'elle aurait pu avoir avec son fils, un flou progressif nous renvoie en pleine face la morosité et la cruauté de la réalité ; l'entrée de Steve dans un programme de redressement beaucoup plus violent et l'abandon d'une mère qui agit toujours en pensant faire le bien.

Mommy 3

Le pouvoir Dolan c'est aussi des plans au ralenti saisissants, une maîtrise de l'éclairage époustouflante, des dialogues douloureusement percutants, des musiques qui tapent directement au coeur et un cadrage extrêmement ingénieux. Le problème de ce film réside sans doute dans sa violence. Voir Mommy c'est recevoir en plein coeur des émotions brutes. Il n'y a plus de filtres entre nous et les sentiments qui arrivent brusquement sans être dilués ou édulcorés. Tout est violence ; l'amour, les cris, leur fusion, le sublime des plans et du cadrage, les choix que les personnages font, leur moment de rire, de pleurs ; tout est brutal et fait profondément mal.

En sortant de la salle de cinéma, nous sommes abattues et des images continuent de vivre en nous et malgré nous. Certaines scènes brutalisent encore nos intérieurs comme la scène du karaoké ; réel morceau de bravoure qui met en scène la mise à mort d'un Steve douloureusement délaissé par les autres et surtout par sa mère, c'est d'ailleurs le dos tourné de Diane et les "Vivo per lei" lancés par Steve d'une voix fausse et instable qui nous heurtent le plus profondément. Scène d'abandon total mais teintée d'espoir car Diane tente de sauver son "gars". Cela Steve l'ignore et c'est cette incompréhension mutuelle qui rend la situation d'autant plus poignante.

Mommy 4

La scène de danse euphorique sur la musique de Céline Dion, On ne change pas est une fois encore, un moment d'intensité absolu. Steve vêtu de noir, les yeux fardés, les vêtements moulants se déhanche langoureusement en caressant la poitrine de sa mère tout en aguichant de son regard profond Kyla, l'institutrice dont les mots se bousculent sans pouvoir sortir. Cette séquence a une puissance émotionnelle extraordinaire et prédit déjà les destins vers lesquels tendent les personnages, un destin où ils n'auront finalement pas changé.

Difficile de résumer le chef-d'oeuvre de Dolan mais nous finirons par évoquer cette course finale à travers la vitre qui sépare Steve de la libération. Tout est sublime dans cette séquence finale ; le ralenti, la musique et surtout le symbolique. Une fin saisissante, un film poignant et une musique finale qui résonne comme une évidence ; Born to die.

À voir absolument et de toute urgence.

Mommy 5   

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. mamina 10/02/2015

Tout simplement sublime, émouvant, bouleversant ! une mère prête à tout pour sauver son enfant "mais c'est pas parce que l'on aime quelqu'un que l'on peut le sauver...l'amour n'a rien à voir la dedans...malheureusement..."une actrice qui va au bout de soi, exubérante et toute à la fois en retenue, qui ne se permet pas de montrer sa souffrance, même ses cris sont silencieux ! admirable, pour moi une vraie mère courage et pleine d'amour. film à voir et à revoir encore et encore. merci pour cette belle découverte et ces beaux moments partagés.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×