Prisoners

prisoners-1.jpg

Denis Villeneuve rassemble avec brio les codes dits classiques ou traditionnels des "bons thrillers" d'antan. Le génie de cette réalisation est ancré dans une modernité et un coup d'oeil bouleversant, novateur et très pertinent.

Prisoners c'est le polar que l'on prend plaisir à regarder dans une salle obscure avec une musique omniprésente et des silences ravageurs ; ceux d'un petit village de Pennsylvanie, gelé par un hiver trop rude et muet. De tout le film, nous ne verrons à aucun moment la lumière du soleil. La force de la narration réside en partie dans le décor plombant d'un pays paralysé par les neiges, d'une pluie lourde et des crimes invisibles, inaudibles, transparents...

D'entrée de jeu, le filmique de Denis Villeneuve est efficace ; caméra temporairement subjective du présumé coupable Alex Jones avec un plan fixe de la fenêtre du camping-car vers l'extérieur qui donne cette déplaisante sensation de voir avec les yeux pervers d'un homme voyeur ou encore ces travellings horizontaux qui balayent une ville repliée sur elle-même et engourdie par le temps hivernal.

prisoners-2.jpg

Le noeud du film est rapidement exposé puisque les fillettes sont enlevées dès les premières minutes du film. De là, nous basculons dans une caméra subjective du personnage Keller Dover (Hugh Jackman). A partir de ce renversement de point de vue le film dégringole dans une tension, palpable dès les premières secondes du film, mais qui se déploie et se renforce toujours un peu plus. Les scènes de torture sont filmées avec une grande esthétique avec de nombreuses suggestions jusqu'au moment où le visage tuméfié et difforme d'Alex nous apparaît comme un coup de poing en pleine face.

Le duo/duel que forme Keller et l'inspecteur Loki (Jake Gyllenhaal) est très intéressant. L'un fonce tête baissée dans un tas de suggestions dont il est convaincu par pur instinct et l'autre se paume dans des hypothèses qui s'écroulent les unes après les autres mais qui au final se retrouvent toutes mêlées, entrelacées comme pour devenir une vérité encore plus évidente et saisissante. De nombreux plans de dos caractérisent cet inspecteur plongé dans une solitude familière comme lorsqu'il dine seul pour Thanksgiving ou qu'il est obnubilé par ses recherches informatiques et labyrinthiques.

prisoners-3.jpg

Quand on regarde un tel film pendant plus de 2h30, on en deviendrait presque paranoïaque. La vérité qui éclate dans les dernières minutes est insolite, impensable, impensée et effroyable. Toutes nos minimes suppositions dressées durant tout le film sont écartées en quelques secondes, en un plan précisément, celui où Keller est au premier plan de trois quart face et où Holly Jones se détache progressivement de l'arrière plan.

Si Prisoners est un excellent thriller psychologique qui retourne les méninges, il est aussi spectaculaire par sa justesse filmique, ses plans d'une ville toujours humide où les hommes deviennent fou, où la nuit semblerait presque permanente, où les forcenés paraissent se cacher à chaque coin de rue, où "le" criminel parfait semble être emmuré mais une ville où le mal court toujours. Nous vous recommandons ce thriller époustouflant qui mériterait encore bien plus d'explications.

prisoners-4.jpg

En bref, Denis Villeneuve a réalisé un film de genre où il revisite les codes du thriller traditionnel en apportant une touche, une couleur, des sonorités très particulières qui constituent une véritable signature et pourrait bien le porter vers les glorieux oscars. Terminons par saluer les prestations remarquables d'un Hugh Jackman hors des sentiers battus d'un héros aux griffes aiguisées et d'un Jake Gyllenhaal électrisant et bouleversant dans le rôle du flic désabusé mais qui reste le meilleur dans les résolutions d'enquêtes. Une fois terminé, ce film retentit encore en nous tel un bruit sourd et intermittent enfoui dans les entrailles de la terre...

A voir absolument.

prisoners-5.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.