The outsiders

The outsiders 1

Ce film réalisé par Francis Ford Coppola en 1983 met en scène deux bandes rivales ; les Greasers et les Socs qui s'affrontent régulièrement. Ponyboy, un jeune de la bande des Greasers rencontre Cherry qui lui démontre que les Socs ne sont pas tous des bourgeois qui vivent au crochet de leurs parents fortunés. Jusque là, les affrontements et les menaces pleuvent d'une bande à l'autre. Mais lors d'une énième bataille Johnny, l'ami de Ponyboy, tue un des Socs. Les deux Greasers se livrent alors à une cavale sans relâche aidé par Dallas qui incarne une sorte de mentor et de modèle pour eux.

Coppola filme avec brio cette escalade progressive de la violence jusqu'à l'affrontement final et tant attendu qui oppose les deux bandes rivales. Le casting est aussi incroyable. De jeunes futures stars mondiales du cinéma encore novices dans le métier. On y découvre Patrick Swayze, Matt Dillon, C.Thomas Howell, Diane Lane, Sofia Coppola ou encore Tom Cruise.

The outsiders 2

Ce film d'hors la loi restitue parfaitement les conflits entre bandes rivales avec un réalisme flagrant et manié d'une main de maître par le grand Coppola. Tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce film un grand film à la sauce Coppola ; une jeunesse désabusée sur fond de principes mafieux et qui lutte pour se faire une place dans le monde des grands, le vrai monde.

Johnny et Ponyboy sont l'image de ces jeunes enlisés dans le crime par défaut et non par choix. Ils suivent la route de leur bande de voyous et en dépassent les limites car c'est un monde qu'ils ne maîtrisent pas. La mort de Johnny en est par ailleurs l'illustration. Il trouve la mort en portant secours à des enfants pris au piège d'un hangar enflammé. Morale, conscience ? Sans doute un peu des deux. Dallas, complètement dépassé par les évènements se laissent mourir sous les balles des forces de l'ordre. Mais ils meurent pour une cause, ce n'est jamais en vain.

The outsiders 3

Leur mort sert à apaiser la relation tumultueuse des frères Ponyboy et Darrel et agit comme un miroir sur les difficultés familiales des Curtis. The outsiders sont en quelque sorte des héros malgré eux, comble d'un certain tragique qui met en valeur des jeunes qui se sont brûlés les ailes dans une société qui les pousse vers des sentiers non banalisés.

Un grand film du maître Coppola qui pousse à réfléchir sur la condition des jeunes voyous, un film empreint de fiction mais profondément avant-gardiste.

The outsiders 4

1 vote. Moyenne 3.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×