Una giornata particolare

Una giornata particolare réunit deux personnalités cinématographiques fortes : Sophia Lauren et Marcello Mastroianni. Ce duo choisi par Ettore Scola nous fait partager une journée particulière de leur existence au temps où l’Italie est empoisonnée par le fascisme grandissant de Mussolini et d’Hitler.

Antonietta, mère de famille modèle, répondant aux exigences de son mari et de ses nombreux enfants et Gabriele, individu cérébral et homosexuel vont être amenés à se rencontrer par le plus beau des hasards : c’est un oiseau qui permet leur première entrevue ; l’oiseau, comme signe implicite d’un désir qui prend subitement son envol lorsqu’Antonietta se retrouve seule chez elle après que sa famille soit partie célébrer l’union du Duce et d’Hitler. C’est Gabriele, son voisin d’en face, qui réussit à rattraper l’oiseau et par conséquent, il a déjà une emprise sur Antonietta et une influence sur ses pulsions refoulées.

1

La suite du film est ponctuée par une approche progressive. Antonietta et Gabriele sont les laissés pour compte, les seuls à ne pas faire partie de la fête, les seuls à être encore présents dans le grand immeuble désert. Ainsi, ils s’apprivoisent, se charment, se disputent, s’enlacent, se giflent aussi.

Antonietta le sauve du suicide et Gabriele lui ouvre un autre horizon l’instant d’une journée. Chacun transpose ses propres fantasmes sur l’autre. Ceux de Gabriele ne sont pas ceux d’Antonietta. L’un recherche une écoute, une amie, quelqu’un à qui parler, l’autre recherche un contact, un lien plus fort et plus intime que celui de l’amitié.

2

Ces deux êtres échoués de la société, conversent d’abord politique. Antonietta conserve minutieusement un précieux livre qui retrace les réussites de Mussolini et confesse ainsi à Gabriele une citation du Duce : « Un homme n’en est pas un s’il n’est pas un mari, un père et un soldat. » Gabriele s’empresse alors de répondre qu’il n’est aucun des trois et cela n’a finalement plus beaucoup d’importance pour Antonietta, elle finit même par s’en accommoder.

Après un premier refus, Gabriele cède et finit par répondre aux sollicitations d’Antonietta car, comme il lui explique simplement, un homme avec ses penchants peut tout à fait faire l’amour à une femme. In fine, Ettore Scola filme presque un huis clos tellement les amants sont seuls et livrés à eux-mêmes. Après, un instant de plaisir, Antonietta et Gabriele retournent dans leur prison (même s’ils ne l’ont jamais quittée) ils l’ont en fait habitée ensemble le temps d’une journée singulière.

3

Ce film appartient indéniablement aux chefs-d’œuvre italiens et Ettore Scola est le seul à pouvoir filmer aussi bien le vide dans l’existence des hommes et orchestrer une miraculeuse rencontre entre deux solitudes.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.