Banshee

Banshee 1

Le bel été laisse souvent place à l'envie irrésistible de dévorer des séries en pagaille ! Et quelle agréable surprise nous avons eu en visionnant les premiers épisodes de cette série tarantinesque. Un scénario à la base simple mais autant de possibilités qui s'en dégagent. Une seule ville ; Banshee mais des rebondissements incessants et une intrigue sans cesse renouvelée. Dès le premier épisode, l'horloge impitoyable des ennuis démarre son compteur. Usurpation d'identité, scènes d'une violence inouïe, dialogues percutants teintés d'un brin de sarcasme et d'humour (on pense notamment à la scène de l'explosion orchestrée par Job), scènes de sexe filmées sans pudeur ou encore une profondeur et une complexité des personnages qui font de cette série une série très cinématographique.

Banshee 2

La mise en scène et le cadrage sont souvent très intéressants, le montage est parfois haché, la temporalité bafouée par des ellipses ou encore des jump cut. La prise de vue et le montage sont efficaces, novateurs et empreints d'une grande cinématographie. On a souvent comparé cette série à l'ambiance et au style de Tarantino. Il est vrai que des accointances peuvent être relevées comme les thèmes de la violence, du sexe, du franc parler, des scènes d'action et d'un humour noir omniprésent.

Les personnages sont également remarquables. À noter les prestations d'un Kai Proctor (Ulrich Thomsen) plus vrai que nature dans son rôle de mafieux au self control irréprochable (tant qu'il ne s'agit pas de sa nièce bien sûr). L'univers bâti autour d'un tel personnage est tout simplement remarquable. Son attitude comme celle de son homme de main (Matthew Rauch) est tellement raffinée que l'écart entre sa prestance et les actes criminels commis est d'autant plus terrifiant et ne fait que décupler le pouvoir grandissant et la cruauté de cet ex-Amish banni des siens.

Banshee 3

Lucas Hood (Antony Starr) et Anastasia/Carrie Hopewell (Ivana Miličević) restent les deux romantiques laissés sur le carreau. Rien ne semble pouvoir leur venir en aide. Anastasia est désormais Carrie Hopewell et Lucas Hood est ce voyou arrogant devenu shérif. Rien ne les rapproche, tout semble les éloigner mais leurs destins sont pourtant intrinsèquement liés. Rabbit (Ben Cross) est un de ces liens. Deva en est aussi un étant donné qu'elle s'avère être la fille de Hood.

Banshee 4

Les deux premières saisons furent intensives et haletantes. Dans une même petite ville, des monticules de problèmes attendent déjà Lucas Hood, Proctor, Rebecca, Carrie ou encore la tribu indienne des Kinaho. Les reglèments de comptes pleuvent, le territoire Amish comme celui des Kinaho écarte l'option consistant à s'allier pour mieux régner et ouvre donc le champ à la guerre des clans. Deva reconnaît son père biologique et accepte donc de faire entrer Hood dans la vie des Hopewell, Rebecca fait ses premiers pas dans le monde du crime, Proctor sort de prison et entend bien en découdre avec Hood. Bref, seul le cas Rabbit semble résolu. Une saison trois bien prometteuse pour une petite ville de Pennsylvanie noyée dans le crime, le pouvoir et le sang. 

Banshee 5

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×